La PIA a lancé les activités de son port sec, nouvel atout clé de la chaîne logistique au Togo

Logistique
mardi, 17 août 2021 08:36
La PIA a lancé les activités de son port sec, nouvel atout clé de la chaîne logistique au Togo

(Togo First) - La Plateforme Industrielle d’Adétikopé (PIA) a procédé en fin de semaine dernière au lancement des activités de son port sec par la réception de quatre premiers conteneurs. Quelques mois donc après l’adoption du décret présidentiel de mai 2021, créant sur le site de la zone industrielle, un port sec franc.

Selon l’administration, ce premier chargement réceptionné permettra de tester la densité du yard, de procéder à une révision et à l’optimisation du processus de stockage des conteneurs.

Avec plus de 20 hectares dédiés et une capacité totale annoncée de 12 500 conteneurs, cette plateforme logistique devrait permettre de décongestionner le Port Autonome de Lomé. Aussi désigné Inland Container Depot (ICD), le nouveau terminal idéalement situé sur le corridor Lomé-Ouagadougou-Niamey est couplé à une zone de stationnement exclusivement dédiée aux véhicules de transport en provenance et à destination du Port Autonome de Lomé, des frontières douanières et des régions économiques du Togo. Il est par ailleurs, la seule zone autorisée à cet effet dans la région maritime et ce, pour les neuf prochaines années. 

Ainsi donc, ce port sec, en plus de la zone de stationnement qui y est associée, servira de plateforme de manutention et de transbordement des marchandises en provenance ou à destination du port. Un nouvel atout majeur du Togo, qui se positionne stratégiquement comme une porte d’accès au commerce maritime international des pays de l’hinterland, et qui ambitionne de devenir le principal hub logistique sous-régional.

“Ce port sec et franc sera le seul lieu de livraison, de stockage et d’accomplissement des formalités douanières à l’importation et à l’exportation, des marchandises sous régime douanier suspensif, celles sous magasins et aires de dédouanement, en transit ou en provenance des pays frontaliers aux fins de leur exportation par voie maritime”, indiquait déjà l’Exécutif togolais en mai dernier. 

L’infrastructure, qui semble être une extension du port autonome de Lomé, devrait également permettre à l’Etat togolais, à travers la mise en commun des systèmes d’informations du guichet unique, des concessionnaires des terminaux de manutention du port lui-même, du système douanier et de la PIA, de disposer de statistiques fiables sur les exportations et les importations de marchandises au Togo.  

Par ailleurs, selon plusieurs acteurs du secteur, cette infrastructure favorisera la fluidification du trafic autour des terminaux portuaires et le contrôle des coûts tout en permettant au Togo de s’aligner sur des modèles comme Dakar, Lagos, Kribi et Kigali. 

Au surplus, les ports secs placés sur un corridor, comme celui d’Adétikopé au Togo, sont des instruments stratégiques pour faciliter l'accès des pays de l’intérieur aux lignes maritimes internationales. Ils pourraient même devenir selon certains logisticiens, un levier de croissance des échanges commerciaux intra-africains pouvant progressivement rendre les économies du continent moins tributaires des chocs externes. 

Klétus Situ

Lire aussi:

Covid-19 : Baisse d’environ 50% du trafic de passagers à l’aéroport de Lomé

Bientôt la réglementation du transport des marchandises et des déchets dangereux dans les eaux togolaises

Pour nous contacter: c o n t a c t [@] t o g o f i r s t . c o m

Please publish modules in offcanvas position.